mlk,ml
Brève

Une femme sur trois victime de violences en Europe

Temps de lecture : 4 minutes

Le 25 novembre était la journée internationale de lutte contre les violences envers les femmes. Ce sujet de société revêt une importance particulière après les révélations et répercussions du mouvement #metoo. Quelle est la situation des femmes en Europe ?

En 2012, un tiers des femmes en Europe déclarait avoir subi des violences physiques et/ou sexuelles depuis l’âge de 15ans (Graphique 1). Généralement cités en exemples, les pays nordiques affichent ici le niveau de violences le plus élevé d’Europe avec près d’une femme sur deux concernée. La France ne fait pas vraiment mieux puisque 44 % des femmes y résidant ont été victimes de violences. La Pologne et l’Autriche affichent les plus faibles niveaux de violences déclarées contre les femmes(respectivement 19 % et 20 %), suivi de près par la Croatie (21 %) et Chypre(22%). À l’image de l’Espagne, Malte, la Grèce et l’Italie, les pays méditerranéens ont de meilleurs résultats que la moyenne des pays européens.

Les violences faites aux femmes relèvent principalement de violences physiques. En Europe, 30 % des femmes déclarent avoir subi des violences physiques et 11 % des violences sexuelles. Les pays où les femmes sont davantage victimes de violences physiques sont aussi ceux où les violences sexuelles sont les plus élevées. Ainsi, c’est en Suède, en Finlande et au Danemark que les femmes déclarent le plus fréquemment avoir été victimes de violences physiques (respectivement 41 %, 43 % et 48 %) et sexuelles (respectivement 18 %, 17 %, 19 %). En France, 42 % des femmes rapportent avoir subi des violences physiques et 15 % des violences sexuelles.

Graphique 1 : Une femme sur trois victime de violences physiques et/ou sexuelles en Europe

Part des femmes se déclarant victimes de violences physiques et/ou sexuelles depuis l’âge de 15 ans, 2012

Note : Les résultats correspondent à la part des femmes qui a subi l’une des situations suivantes depuis l’âge de 15 ans. Concernant la violence physique : combien de fois une personne 1) vous a-t-elle poussée ou bousculée, 2) vous a-t-elle giflée, 3) jeté un objet dur sur vous, 4) vous a attrapée ou vous a tiré les cheveux, 5) vous a frappée avec son poing, un objet dur, ou vous a donné des coups de pied, 5) vous a brûlée, 6) a essayé de vous étouffer ou de vous étrangler, 7) vous a coupée ou poignardée chez vous, 8)vous a tapé la tête contre quelque chose?. Concernant les violences sexuelles :combien de fois une personne : 1) vous a forcée à avoir des rapports sexuels en vous maintenant ou en vous faisant du mal, 2) a essayé d’avoir des rapports sexuels en vous tenant les bras ou en vous faisant du mal, 3) combien de fois avez-vous pris part à toute forme d’activité sexuelle lorsque vous ne vouliez pas ou ne pouviez pas refuser, 4) combien de fois avez-vous avez consenti à une activité sexuelle parce que vous craignez ce qui pouvait arriver si vous refusiez?. Europe 28 correspond à la moyenne arithmétique.

Lecture : En 2012, 44 % des femmes en France déclaraient avoir été victimes de violences physiques et/ou sexuelles depuis l’âge de 15 ans, 42% de violences physiques et 15 % de violences sexuelles.

Source : European DataLab, FRA gender-based violence against women survey dataset, 2012

En moyenne, en Europe, la probabilité que les violences physiques et/ou sexuelles déclarées soient perpétrées par un partenaire intime est quasiment identique à la probabilité qu’elles le soient par un non-partenaire (respectivement 21 % et20 %) (Graphique 2). Cependant, cela cache des situations différentes à l’échelle des pays. Pour 12 des pays retenus, les femmes sont davantage victimes de violences engendrées par des partenaires intimes. Cette situation est particulièrement prégnante en Lettonie, Lituanie, Roumanie, Hongrie,Bulgarie, Grèce et Portugal. À l’inverse, dans 13 pays les actes de violences sont perpétrés principalement par des personnes non-partenaires. Cette situation se retrouve principalement au Danemark, en Suède, aux Pays-Bas et en France.

Graphique 2 : Les violences sont perpétrées aussi bien par des partenaires intimes que des personnes non-partenaires

Part des femmes se déclarant victimes d’agressions physiques et/ou sexuelles depuis l’âge de 15, par type d’agresseur, 2012

Note : Les partenaires intimes correspondent aux personnes avec lesquelles les répondantes ont été mariées, ont vécu ensemble sans être mariées ou ont eu une relation sans vivre ensemble. Les non-partenaires incluent tous les auteurs autres que le partenaire actuel ou précédent de la femme. Europe 28 correspond à la moyenne arithmétique.

Lecture : En 2012 en France, 26 % des femmes se déclaraient avoir été victime de violences physiques et/ou sexuelles commises par un partenaire intime depuis l’âge de 15 ans. Elles étaient 33 % pour les violences perpétrées par une personne non-partenaire.

Source : European DataLab, FRA gender-based violence against women survey dataset, 2012

Pour aller plus loin :

Téléchargez les graphiques, les données, l’article au format PDF et le programme statistique :