mlk,ml
Brève

Un Européen émet 9,4 tonnes de gaz à effet de serre par an

Temps de lecture : 3 minutes

À quelques jours du lancement de la COP 24 en Pologne, European DataLab revient sur l’évolution des émissions de gaz à effet de serre (GES) par habitant en Europe.

En 2016, un Européen émettait 9,4 tonnes d’émissions de gaz à effet de serre (GES), contre 12,9 tonnes en 1990 par an (Graphique 1). Avec 19,8 tonnes par habitant, le Luxembourg est de loin le pays avec le niveau d’émission par habitant le plus élevé en Europe ; celui-ci est 4 fois plus important que pour Malte dont les émissions atteignent 5,0 tonnes par habitant. La France est dans le premier tiers des pays européens et son niveau d’émission de GES s’élève à 7,1 tonnes par habitant. Elle est proche du Portugal (6,9 tonnes par habitant), de l’Italie(7,2 tonnes) et de l’Espagne (7,3 tonnes), mais apparaît nettement moins émissive que l’Allemagne (11,4 tonnes).

Depuis 1990, les émissions de GES par habitant ont diminué pour 27 des 30 pays européens pour lesquels des données sont disponibles. Cette baisse atteint plus de 40 % pour 7pays (Roumanie, Lituanie, Slovaquie, Royaume-Uni, Luxembourg, Estonie et Lettonie) même si leurs niveaux d’émissions en 1990 étaient très disparates les uns des autres. Par exemple, les émissions de GES par habitant ont diminué entre 1990 et 2016 de 42,0 % en Estonie et de 40,5 % en Lettonie, alors que leur niveau initial s’élevait respectivement à 25,8 tonnes et 10,0 tonnes. Avec une baisse des émissions de GES par habitant de 25,5 % entre 1990 et 2016, la France se situe dans la moyenne des pays européens. Chypre, l’Islande et le Portugal sont les seuls pays qui ont connu une augmentation des émissions de GES par habitant sur la période étudiée (respectivement 4,1 %, 10,2 % et 11,9 %).

Graphique 1 : Baisse des émissions de gaz à effet de serre par habitant en Europe

Tonnes de gaz à effet de serre émis par habitant en 1990 et 2016

Note : Europe30 représente la moyenne arithmétique simple.
Lecture : En2016 en France, les émissions de gaz à effet de serre s’élevaient à 7,1 tonnes par habitant. Elles atteignaient 9,5 tonnes en 1990.
Source : EuropeanDataLab, Eurostat [env_air_gge] et [demo_gind], consulté le 24/11/2018.

En 2016 à l’échelle européenne, les industries du secteur énergétique et les transports sont les deux principales composantes des émissions de GES (respectivement 33,1 % et 27,3 %) (Graphique 2). Elles sont suivies par les autres sources du secteur de l’énergie, l’agriculture et les processus industriels dont le poids varie entre 11 % et 14 %. Au niveau des pays, il n’existe pas de structure type d’émission et la situation de chaque pays est spécifique. La France se distingue de la moyenne européenne par un plus faible poids des émissions provenant des industries du secteur énergétique (19,8 %) et une prépondérance de celles issues des transports (31,6 %), des autres sources du secteur de l’énergie (19,9 %) et de l’agriculture (16,1 %).

Graphique 2 : L’industrie énergétique principale composante des émissions de GES

Composition des émissions de GES, en % des émissions totales, 2016

Note : Les autres sources du secteur de l’énergie comprennent (i) la combustion de combustibles dans le secteur commercial et institutionnel, par les ménages et dans l’agriculture, la sylviculture et la pêche, (ii) les autres secteurs de combustion de combustibles et (iii) les émissions fugitives. Europe 30 représente la moyenne arithmétique simple.
Lecture : En2016, les émissions de GES en France se composaient pour 19,8 % des industries dans le secteur énergétique, 31,6 % du transport, 19,9 % des autres branches du secteur de l’énergie, 16,1% de l’agriculture, 9,1 % des processus industriels, 3,4 % de la gestion des déchets et 0 % des autres secteurs.
Source : European DataLab, Eurostat [env_air_gge], consulté le 24/11/2018.

Pour aller plus loin :
 
Téléchargez les graphiques, les données, l’article au format PDF et le programme statistique :