mlk,ml
Brève

L’Europe doit doubler l’effort de réduction des GES pour respecter l’Accord de Paris

Temps de lecture : 4 minutes

Dans le cadre de l’Accord de Paris adopté en 2015, l’Union Européenne s’est fixé comme objectif de diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 30 % en 2030 par rapport au niveau de 2005 pour les secteurs n’étant pas couverts par le marché européen du carbone (i.e. les secteurs du transport, de l’agriculture, de la construction et de la gestion des déchets). L’objectif européen a été traduit pour chaque pays en objectifs nationaux. Où se situe chaque pays par rapport à son objectif ?

Les émissions de gaz à effet de serre hors marché européen du carbone – cela concerne les secteurs du transport, de l’agriculture, de la construction et de la gestion des déchets, soit environ 60 % des émissions totales – ont globalement diminué entre 2005 et 2017. Cependant, tous les pays n’affichent pas les mêmes performances et certains États s’éloignent de leurs engagements pour 2030 (graphique 1). Ainsi, sept pays européens ont vu leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) augmenter sur la période étudiée : Bulgarie (0,4 %), République tchèque (3,3 %), Chypre (4,5 %), Lettonie (7,5 %), Pologne (16,2 %), Lituanie (26,1 %) et Malte (42,5 %). Ces pays avaient pourtant des engagements relativement limités : leurs émissions à l’horizon 2030 devaient être réduites de 0 % (Bulgarie) et -24 % (Chypre) par rapport à leurs niveaux de 2005.

La Grèce est le pays qui a vu ses émissions de GES le plus fortement diminuer (-28,7 % entre 2005 et 2017). Elle est suivie par la Suède (-23,3 %), le Royaume-Uni (-20 ,1 %), l’Italie (-18,6 %), le Danemark (-17,8 %) et les Pays-Bas (-17,7 %). L’Allemagne, plus gros émetteur de GES en Europe, est le pays avec la plus faible baisse enregistrée sur la période (-1,5 %). La France, deuxième plus gros émetteur de GES, a vu ses émissions diminuer (-9,9 %).

Graphique 1 : Une diminution limitée des émissions de gaz à effet de serre

Émissions de gaz à effet de serre hors marché européen du carbone, années 2005, 2017 et 2030 (objectif)

Note : Les pays sont classés par ordre croissant d’importance de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour atteindre les objectifs de 2030. Les émissions de gaz à effet de serre hors marché européen du carbone correspondent à celles des secteurs du transport, de l’agriculture, de la construction et de la gestion des déchets.

Lecture : En France, les émissions de gaz à effet de serre hors marché européen du carbone atteignaient 394 millions de tonnes en 2005 et 355 millions de tonnes en 2017. Pour respecter son engagement, son niveau devra s’élever à 248 millions de tonnes en 2030.

Source : European DataLab, European Environment Agency (2018), Greenhouse gas emissions under the Effort Sharing Decision (ESD).

 

Entre 2005 et 2017, les émissions européennes de GES ont diminué de 0,9 % par an (graphique 2). Cependant, si l’Europe veut atteindre son objectif à l’horizon 2030, elle doit doubler le rythme de diminution actuelle pour atteindre 1,9 % de réduction par an sur la période 2017-2030. Pour ce faire, c’est à Malte, en Allemagne, en Finlande, au Luxembourg et en France que l’effort de réduction des émissions de GES doit être le plus important (respectivement -4.3 %, -3.5 %, -3.0 %, -2.7 % et -2.7 % par an entre 2017 et 2030). À l’exception de Malte, ces pays ont des objectifs parmi les plus ambitieux d’Europe. Leurs engagements prévoient une baisse entre 37 % et 40 % par rapport aux niveaux de 2005.

Plus du tiers des pays européens sont sur une trajectoire leur permettant d’atteindre leurs objectifs à l’horizon 2030. Parmi ces pays, la Grèce et la Croatie sont les seuls États ayant déjà atteint leurs objectifs pour 2030. Leurs engagements prévoyaient une baisse des émissions respectivement de 16 % et 7 % par rapport à 2005.

Graphique 2 : Doubler le rythme de diminution des émissions de GES pour atteindre les objectifs de 2030

Taux de croissance annuel composé des émissions de GES entre 2005 et 2017, et 2017-2030 (projection pour atteindre les engagements)

Note : Les émissions de gaz à effet de serre hors marché européen du carbone correspondent à celles des secteurs du transport, de l’agriculture, de la construction et de la gestion des déchets. Les données pour la période 2017-2030 représentent le taux de croissance annuel moyen pour que les pays européens atteignent leurs engagements en 2030 par rapport aux niveaux de 2017.

Lecture : Entre 2005 et 2017, la France a réduit ses émissions de GES de 0,9 % par an. Pour atteindre son objectif en 2030, elle doit réduire ses émissions de 2,7 % par an entre 2017 et 2030.

Source : European DataLab, European Environment Agency (2018), Greenhouse gas emissions under the Effort Sharing Decision (ESD).

 

Pour aller plus loin :

 
Téléchargez les graphiques, les données, l’article au format PDF et le programme statistique :